Les 10 clés de la communication éco-responsable

Communiquer pour son entreprise a un impact sur l’environnement non négligeable. Que l’on opte pour une stratégie de communication traditionnelle de type flyers et affiches ou pour une stratégie de communication digitale, la solution parfaite n’existe pas. Votre marketing ne sera jamais neutre pour l’environnement. Mais, il est tout à fait possible d’améliorer votre impact en optant pour une communication éco-responsable. 

Pour vous aider à adopter cette démarche qui cherche à préserver au maximum l’environnement, nous partageons avec vous les 10 clés de la communication éco-responsable que nous adoptons chez Green Mood.

Qu’est-ce que la communication éco-responsable ?

Avant de nous lancer à la découverte des outils, prenons quelques instants pour rappeler la définition de la communication éco-responsable et ses enjeux.

Définition de la communication éco-responsable

La communication éco-responsable que vous pouvez également retrouver sous les termes de communication durable ou d’éco-communication, vise à mettre en place une stratégie de communication pour votre entreprise qui soit à la fois plus respectueuse de l’environnement, mais aussi éthique d’un point de vue social.

Tout d’abord, adapter une démarche de communication éco-responsable implique de chercher à réduire l’impact environnemental de son marketing en limitant au maximum la consommation de ressources naturelles (l’eau, les énergies, etc.), ainsi que la pollution due à l’utilisation de produits chimiques ou engendrée par les transports. Il s’agit également de s’intéresser au sort du support de communication en fin de vie, c’est-à-dire à son recyclage le cas échéant.

Une communication éco-responsable c’est aussi avoir la volonté de sensibiliser le monde qui vous entoure à la question environnementale en cherchant à faire évoluer les comportements de manière pédagogique.

Cela nécessite de donner du sens aux choix que vous faites pour votre entreprise en plaçant l’humain au centre de votre communication.

Initier une telle démarche ne peut se faire que si elle est réellement sincère. C’est pourquoi, l’éco-communication va de paire avec la transparence et l’éthique. 

Il s’agit avant tout de mettre en pratique ce en quoi vous croyez. 

L’éco-communication c’est donc assumer la responsabilité du message que vous véhiculez que ce soit sur le fond ou sur la forme en choisissant les moyens qui vous semblent les plus adéquats pour préserver l’environnement.

Les enjeux de la communication éco-responsable

Le principal enjeu de la communication éco-responsable est la préservation de l’environnement. Il faut dire que la pollution numérique, bien qu’invisible, a des conséquences extrêmement négatives sur le monde dans lequel nous évoluons. 

Voici quelques chiffres pour vous donner une idée de l’impact d’internet sur l’environnement :

  • la pollution digitale correspond à 4 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales, soit 1 400 millions de tonnes de CO2 par an ;
  • une heure de navigation internet au niveau mondial consomme 4 000 tonnes de pétrole ce qui correspond à 4 000 allers-retours Paris – New York ;
  • 10 % de l’électricité produite en France est consommée par les data centers ;
  • une recherche Google émet 7 grammes de CO2 ;
  • une donnée numérique parcourt en moyenne 15 000 kilomètres.

Nous disposons donc d’une large marge de progression pour réduire ces chiffres et limiter l’impact sur la planète de nos campagnes marketing.

Au-delà de l’aspect écologique, la communication éco-responsable est une véritable plus-value aux yeux des client·es. Ainsi, 80 % des Français·es se disent plus fidèles à une marque qui prend des engagements forts pour lutter contre la pollution numérique.

Il s’agit donc d’un levier important d’acquisition et de fidélisation client·es.

Alors quels sont les outils à votre disposition pour rendre votre communication plus éco friendly ?

enjeux communication eco-responsable

Les 5 outils incontournables pour une communication éco-responsable ?

Si vous ne savez pas par où commencer pour avoir une communication éco-responsable, laissez-nous vous présenter nos cinq outils incontournables en la matière.

#1 – L’éco-conception de votre site internet

L’éco-conception d’un site internet consiste à concevoir un site web, vitrine ou e-commerce moins énergivore et mobilisant le moins d’équipement possible, afin de réduire son impact environnemental.

Un site web éco-conçu est avant tout un site épuré. L’accumulation de petites adaptations permet d’obtenir des résultats significatifs.

Ainsi, de nombreux leviers peuvent être actionnés dans le cadre de cette simplification et de cette optimisation de votre site web.

Tout d’abord, vous pouvez choisir un hébergeur vert qui s’engage à faire fonctionner ses serveurs avec des énergies vertes ou renouvelables et dispose de datacenters proche de vos lecteurs, comme Planethoster ou Infomaniak. Vous pouvez également privilégier un hébergeur local.

Par ailleurs, le minimalisme et l’optimisation sont de rigueur quand il s’agit d’éco-conception de sites web. Mais n’ayez crainte, le sacrifice est lui aussi minimaliste quand on sait que 45 % des fonctionnalités d’un site internet ne sont pas utilisées par les visiteurs. L’objectif est donc de faire un tri, pour ne garder que ce qui est vraiment nécessaire pour l’utilisateur·trice et le bon fonctionnement du site. Le superflus lui n’a pas sa place.

Il en est de même pour le design du site internet qui doit être simple et épuré pour améliorer le temps de chargement et la fluidité de navigation. On privilégie par exemple les pages statiques, évitant ainsi une charge systématique des serveurs, ou l’absence d’animations, qui impliquent aussi des efforts superflus.

Ensuite d’un point de vue technique, le développement d’un site internet éco-conçu cherche à limiter le nombre de requêtes http. L’utilisation d’un framework de qualité tout comme le stockage en local des données statiques ou la compression des contenus fait partie des recommandations.

Ces principes peuvent être appliqués dès la création de votre site internet ou à l’occasion d’une refonte.   

L’essence même de l’éco-conception est donc de promouvoir la mise en place d’un site web le moins consommateur possible de ressources (énergétiques et matérielles) sans impacter l’expérience client·e.

#2 – L’éco-design

Le design fait partie intégrante d’une stratégie de communication quel que soit le support de communication choisi. Mais c’est aussi l’un des postes les plus énergivores et polluants.

Pour réduire significativement cet impact, il est possible de se tourner vers l’éco-design.

Il s’agit alors de trouver la solution la plus esthétique qui a le moins d’impact possible sur l’environnement. Cela passe notamment par le choix des matières premières pour les supports de communication print mais pas uniquement.

Ainsi, lorsque un·e graphiste va imaginer votre identité visuelle, iel va imaginer votre logo et choisir les couleurs et les typographies de manière à ce que le tout soit le plus léger possible.

C’est cette recherche d’un design minimaliste qui permet d’une part de charger rapidement les visuels sur votre site internet afin de consommer le moins d’énergie possible, et d’autre part, de limiter la consommation d’encre et de produits polluants pour l’impression de vos flyers ou de vos cartes de visite.

Par exemple, il existe des typographies dites éco-fonts qui consomment jusqu’à deux fois moins d’encre que les polices standards. De même, les applâts de couleur sont à éviter et le professionnel joue sur la densité de la couleur pour trouver l’équilibre entre l’esthétisme du résultat et la consommation d’encre.

L’éco-design vise également à choisir des supports de communication respectueux de l’environnement. Pour éviter de gâcher de la matière première, vous pouvez par exemple opter pour des formats standards afin d’éviter les découpes, et privilégier l’utilisation de papier recyclé, ensemencé ou certifié.

La question de la fin de vie des supports doit aussi être prise en compte. Le recyclage reste certes une possibilité, mais comme cette pratique nécessite l’utilisation de ressources, il est préférable de le limiter au strict nécessaire. Pour éviter d’avoir trop d’affiches ou de flyers à recycler, il est nécessaire de bien réfléchir en amont à la quantité réellement nécessaire.

#3 – La slow communication

La slow communication peut se résumer simplement dans le fait de communiquer moins mais mieux.

Cette tendance marketing qui invite à la sobriété numérique repose sur deux axes majeurs :

  1. privilégier la qualité à la quantité ;
  2. prendre le temps de bien faire les choses.

La slow communication ou le slow marketing repose donc sur l’idée qu’il ne sert à rien de produire du contenu pour produire du contenu. Au contraire, il est conseillé de produire le contenu parfaitement adapté à sa communauté au moment le plus opportun.

Cette communication minimaliste nécessite donc de bien réfléchir à la stratégie que l’on souhaite mettre en place pour communiquer de manière efficace et impactante sans noyer ses client·es sous une tonne d’informations dont iels se désintéressent.

L’emailing de masse est certainement la stratégie la plus aux antipodes du slow marketing. Chaque minute ce ne sont pas moins de 240 millions d’emails qui sont envoyés. Au-delà de ce chiffre gigantesque, ce qui est le plus alarmant c’est que chacun de ces mails envoyés consomme l’équivalent d’une ampoule de 60 watts allumée pendant 25 minutes. Cela correspond à 410 millions de tonnes de CO2 par an.

Or, quand on sait que les consommateurs·trices lisent seulement 10 % de leurs mails en moyenne, est-ce vraiment nécessaire de les bombarder de mails tous les deux jours ?

Adopter une démarche de slow communication, c’est donc replacer les destinataires du message au centre de sa stratégie en se demandant quel contenu peut réellement les intéresser et quel est le rythme adéquat pour leur adresser.

Être régulier·e dans sa communication ne signifie donc pas publier tous les jours sur les réseaux sociaux ou envoyer deux newsletters par semaine. C’est plutôt de trouver la fréquence qui vous convient pour produire le contenu de qualité que mérite votre audience pour en faire un rendez-vous qu’elle attend.

Pour cela, vous devez avoir une vision précise de :

  • votre positionnement ;
  • votre marché ;
  • votre client·e de cœur.

Il est également important d’identifier les actions déjà mises en place qui fonctionnent bien pour vous afin de pouvoir capitaliser sur vos forces.

#4 – Le branding de marque impactant

Le branding de marque consiste à créer une image de marque de manière à la rendre inoubliable et reconnaissable entre mille. Il permet de créer un lien très intime avec sa clientèle de cœur en l’inspirant et en créant une communauté à laquelle elle a envie d’appartenir.

Cette stratégie marketing repose sur l’identité visuelle de l’entreprise qui doit se retrouver sur tous les supports de communication ainsi que sur les packagings, mais aussi sur des notions plus subtiles comme :

  • le style rédactionnel, la voix de l’entreprise ;
  • les valeurs défendues ;
  • le storytelling, l’histoire de la marque ;
  • l’expérience vécue par le/la client·e.

La communication éco-responsable permet de construire un branding de marque impactant. Réciproquement, un bon branding de marque permet à l’entreprise de se démarquer facilement sans avoir nécessairement besoin de beaucoup communiquer.

Son identité forte et unique est un atout considérable pour sa notoriété.

Vous pouvez donc communiquer de manière responsable tout en mettant justement vos valeurs écologiques et sociales au centre de votre communication. 

Attention toutefois à ne pas tomber dans les travers du greenwashing. Rappelez-vous que la sincérité est la clé d’une communication éco-responsable réussie.

#5 – Le référencement naturel

Le référencement naturel ou SEO est également un outil puissant pour votre communication éco-responsable.

Il s’agit de favoriser l’indexation de votre site internet par les moteurs de recherche en optimisant son contenu pour plaire aux algorithmes. L’objectif est de viser les premières pages de résultats de recherche afin de gagner en visibilité sans avoir à déployer des campagnes marketing de grande envergure, coûteuses et peu respectueuses de l’environnement.

Le SEO vous permet de vous faire connaître et de vous démarquer de vos concurrent·es en capitalisant sur votre site internet. Et la bonne nouvelle c’est qu’un site éco-conçu applique de nombreux conseils pour rendre votre site SEO friendly.

outils communication eco-responsable

5 conseils pour une communication éco-responsable au top : Les bonus

Si vous mettez en place les cinq principaux outils que nous venons d’évoquer ce sera déjà très bien. Votre communication est bien plus éco-responsable que celle de la grande majorité des entreprises (malheureusement). 

Toutefois, si vous souhaitez aller encore plus loin, voici nos 5 conseils bonus pour une communication éco-responsable au top :

  1. privilégiez les contenus sous forme de texte (site internet, articles de blog, etc.) ;
  2. compressez systématiquement les images avant de les télécharger, afin le rendre plus légères et rapides à charger ;
  3. réservez le format vidéo au strict nécessaire ;
  4. lancez un podcast plutôt qu’une chaîne YouTube, car l’empreinte environnementale du format audio est moins importante que celle de la vidéo ;
  5. choisissez des prestataires et des fournisseur·es engagé·es qui partagent les mêmes valeurs que vous.

Il est donc possible d’avoir une communication éco-responsable en adoptant les bons outils et les bons réflexes. La pollution numérique est une réalité et c’est tout à votre honneur de vouloir limiter l’impact environnemental de votre activité, mais n’oubliez pas qu’en matière de numérique il n’existe pas (encore ?) de solution parfaite. Vous n’avez pas à culpabiliser ou à vous mettre une pression démesurée. Le plus important est que vous cherchiez à améliorer votre impact de manière consciente, en semant des graines petit à petit.

Laisser un commentaire